HISTORIEK  HISTORIQUE  HISTORIC

 

 

H

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                          

Les sous-marins Belges d'autrefois


par le Lt. Colonel hbre (R) Paul EYGENRAAM


La plupart des Belges !l'ignorent : seuls quelques vétérans de la première guerre mondiale le savent ; il fut le temps où la Belgique était bel et bien titulaire d'une flottille de sous-marins modestement composée de deux submersibles. C'était au lendemain de la première guerre mondiale. La Force Navale d'aujourd'hui s'appelait le Corps des Marins et Torpilleurs (CTM). Un corps issu du Dépôt des équipages.

Les Alliés de l'époque, en vertu des dispositions du traité de Versailles, se partageaient la dépouille de la Marine Impériale Allemande dont la puissance avait dangereusement menacé les flottes réunies de la France, de l'Angleterre et des États-Unis. Les grands vainqueurs prirent la plus large part du butin laissant les miettes aux petits.

Déjà en 1914/18 l'Allemagne de Guillaume II, dans le but d'affamer l'Angleterre en compromettant son ravitaillement d'outremer; accorde une attention particulière à la guerre sous-marine qui en était encore à ses débuts. En 1917 plus de six millions de tonnes furent coulées. Les importations britanniques tombèrent de 54 à 26 millions de tonnes. Ces circonstances dramatiques suscitèrent entre autres le raid de Zeebrugge mené en avril 1918 par l'amiral Keyes.

En 1940/45 le IIIme Reich d'Adolf Hitler fit 'lui aussi appel à la même stratégie. L'animateur en fut le très nazi amiral Doenitz mort en 1980 et qui termina sa carrière comme successeur du chancelier Hitler à la tête de l'État Allemand. Pendant la première guerre c'est l'amiral von Tirpitz ministre de la marine impériale de 1898 à 1916 qui non seulement créa la flotte allemande de haute mer, — exemple suivi au moment du réarmement hitlérien par l'amiral Raeder, — mais encouragea également la mise en chantier d'une redoutable escadre «d'U Boten».


Lendemain de défaite

Au lendemain de la défaite des armées du maréchal Hindenburg et du général Ludendorff, une commission navale interalliée que présidait le grand ami de la Belgique que fut l'amiral Keyes nous attribua un choix de bâtiments de guerre allant du remorqueur fluvial au torpilleur de haute mer en passant par... deux sous-marins ! De quoi faire démarrer une marine militaire au départ de 9 petits torpilleurs, 5 grands, 3 remorqueurs, 2 vedettes de rivière, 1 poseur de mines, un  bâtiment de service, 40 vedettes poseurs et chasseurs de mines... et les deux U boten en question du type mouilleur de mines, l’un de 800 et l'autre de 5000 tonnes, amarrés à Portsmouth.

Ce butin de guerre ne tarda pas à devenir un cadeau empoisonné ayant ses partisans et ses adversaires. Il divisa 'l'opinion publique belge. Les uns faisaient écho aux débats des premiers temps de la Belgique indépendante lorsque la Marine- Royale fut créée en 1831 afin de permettre à la nation de disposer d'une flotte de guerre au même titre que les Pays-Bas. Les autres, confirmant le propos de Léopold III sur les petits gens aux vues étroites, jugeaient trop élevée la facture de l'entretien du matériel et du personnel. Ils étaient d'avis qu'en cas de guerre, — jugée d'autant plus improbable que la Société des Nations promouvait l'utopie politique du désarmement, — les grandes puissances alliées veilleraient sur l'intégrité de nos côtes, la navigabilité de nos voies d'eau et de nos routes maritimes internationales. Bien entendu, les parcimonieux l'emportèrent. Le 9 juillet 1926 un arrêté supprimait en date du 31 mars 1927 le Corps des Torpilleurs et Marins (CTM) créée le 19 novembre 1919 sous le nom de Détachement des Torpilleurs et Marins.


Le sort de nos sous-marins

Entretemps, qu'étaient devenus nos sous-marins ? Les premiers 'dans l'histoire de la Marine Militaire Belge! En fait la flottille des submersibles belges était mort-née, malgré les efforts des autorités pour lui insuffler vie. Efforts louables mais incomplets. En effet, dès 1919 l'enseigne de vaisseau de 2me classe Delande, à l'origine sous-lieutenant auxiliaire au 21 me de Ligne, effectua un stage à l'École des sous-mariniers français. Sa formation achevée, il reçut l'ordre de se rendre à Portsmouth, avec un équipage de fortune, pour y réceptionner les deux submersibles accordés à la Belgique. Officier consciencieux et réaliste, Delande s'empressa de faire remarquer que le métier de sous-marinier ne s'improvise pas, à fortiori avec des marins d'eau douce ignorant tout de la vie en mer. Il exigea des intéressés un entraînement spécial d'autant plus nécessaire que les bâtiments attribués à notre pays n'apparaissaient pas de premier choix. Le commandement n'abandonna pourtant pas la partie L'enseigne de vaisseau de 1ère classe Pinay, initialement lieutenant de réserve au 3me chasseurs, et huit marins sélectionnés pour leurs connaissances des moteurs diesel, furent envoyés en France pour y faire l'apprentissage des techniques de conduite des sous-marins. Pinay, après l'écolage à Toulon et un stage à bord du «Néréide» obtint son brevet d'aptitude avec la plus grande distinction. Cet officier possédait autant de caractère que de matière grise. Sa conduite à bord du sous-marin lors de difficultés dans le Golfe de Gascogne lui valut la légion d'honneur.


Efforts louables mais vains

En attendant des équipages qualifiés, les deux sous-marins se détérioraient chaque jour un peu plus. Faute d'entretien journalier la rouille rongeait leurs œuvres vives. Finalement lorsque la Belgique disposa enfin de marins capables d'amener les bâtiments à bon port, leur état de délabrement était tel que les 'indispensables réparations se chiffraient à 450.000 fr. Le gouvernement rechigna. Après quelques controverses la décision fut prise de renoncer aux submersibles et les mettre à la ferraille.

Le triste sort des éphémères sous-marins belges de 800 et 500 tonnes du lendemain de la première guerre était scellé pour toujours.

 

 

                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ajxmenu1